Les leggings, 5 raisons pour lesquelles on ne les aime pas

Les leggings n’ont pas de sens, ils reviennent à la mode quand on s’y attend le moins et comme ça, sans prévenir.

Ils reviennent, en fait, comme la plupart des modes, mais de manière rampante.

Il s’agit d’un vêtement très en vogue dans les années 80 et 90, appelé « fuseaux », terme auquel le designer Emilio Pucci les identifiait déjà dans les années 50.

Ils sont généralement fabriqués en spandex, ou en fils mélangés de nylon et de coton ou de polyester, mais il existe aussi des modèles en laine ou en soie, ou en latex.

Je me suis toujours demandé comment un vêtement aussi disgracieux pouvait plaire à la plupart des femmes.

Le phénomène des leggings ne doit pas être sous-estimé : 8 femmes sur 10 en portent, avec un pourcentage plus élevé d’adolescentes.

Dans le métro, dans les discothèques, au supermarché, à la salle de sport, dans les fêtes, à la plage, partout.

Ils sont de plus en plus utilisés, mais ce qui est le plus suspect, c’est de savoir à quel code vestimentaire ils appartiennent. Comment peuvent-ils être utilisés en toute occasion ?

Le fait qu’ils soient confortables et polyvalents est une évidence, mais cela ne signifie pas qu’ils puissent s’adapter à toutes les occasions.

Alors pourquoi détestons-nous (et nous ne détesterons jamais) ce vêtement très répandu ?

1. Leggings : Parce que c’est comme ne pas les porter

Pour de nombreuses femmes, porter des leggings revient à s’exhiber.

Qu’elles aient un string spécial ou une culotte de grand-mère, peu importe : l’important est que les autres le sachent.

Les jeunes filles en particulier, qui découvrent encore leur propre corps, les portent facilement à la fois pour tester leur propre niveau de séduction (« est-ce que mon corps leur plaît ? ») et pour se sentir le centre de l’attention.

De même, les femmes mûres qui les portent n’évitent pas le regard des badauds.

Pour ces derniers, porter des leggings est une confirmation de leur position, une revanche sur le temps, une façon de se féliciter d’avoir préservé leur jeunesse perdue.

2. Les leggings : ils augmentent la disproportionnalité

De nombreuses femmes pensent que les leggings sont capables de modeler leur corps, surtout s’ils sont noirs.

Il n’y a rien de plus faux que de croire cette hypothèse.

En fait, les leggings augmentent la disproportion.

leggings au ski

Etant serrées au niveau du mollet et de la cheville, elles pourraient être considérées comme une seconde peau, mais pour cette raison, elles font ressortir les défauts.

En effet, si le bassin et la cheville ne sont pas de la même largeur, les hanches sont beaucoup plus larges en raison d’un effet d’optique particulier.

3. Leggings : la cellulite en vue

Porter des leggings, c’est aussi faire attention à ce que l’on montre : bourrelets, culottes de cheval et mollets de footballeur.

Les filles aux formes arrondies et galbées auront plus de mal à porter des leggings que les filles maigres et longilignes.

Avant de porter quoi que ce soit, il faut faire l’inventaire de son propre corps et être sûr de ce qui lui convient ou non.

Ignorer la présence de kilos superflus ne fera pas de vous un top model.

Au contraire, sourire à l’idée d’avoir un corps charnu (et beau, car chaque femme est belle avec ses points forts et ses points faibles), facilitera le choix des vêtements et mènera à la découverte de soi.

S’accepter est le premier pas vers la valorisation de son corps.

4. Leggings : souvent utilisés comme collants ou pantalons.

Bien qu’ils aient une forme similaire, les leggings ne sont ni des pantalons ni des collants.

Ils ne doivent jamais être portés avec un t-shirt ou un top ; la bonne pratique veut qu’ils soient portés avec des maxi pulls et (dans des cas exceptionnels) des mini robes.

Ils ne doivent laisser « découverte » que la partie de la jambe qui va du genou aux chevilles.

Il existe une campagne de sensibilisation à ce problème (et je ne plaisante pas), c’est : les leggings ne sont pas des pantalons.

5. Les leggings : ils ne sont pas élégants

Cette déclaration ne nécessite aucune explication détaillée.

Les leggings ne sont pas un vêtement élégant, ils tombent souvent dans le trash et le vulgaire, surtout si vous portez des modèles extravagants et excessifs qui, au lieu de mettre votre corps en valeur, ont tendance à faire sourire, et à faire rire.

En fin de compte, nous n’aimons pas du tout ces leggings.

Ils déstabilisent et détournent l’attention de la féminité en donnant au corps une apparence maladroite, disproportionnée et abîmée.

Pourquoi utiliser des leggings au lieu de collants ou de jeans si ces vêtements font déjà bien leur travail ? Mystère.

A lire aussi : Le marbre, la tendance qu’on n’attend pas de la mode.